Places en crèche et modes de garde : l’action de la commune pour la petite-enfance

Places en crèche et modes de garde : l’action de la commune pour la petite-enfance

La crèche Cœurs d’Enfants est une crèche sociale et intercommunale. Elle est gérée par la Communauté de Communes Cœur d’Yvelines et un opérateur privé, Maison Bleue. Elle comprend soixante places, pour les enfants jusqu’à trois ans, réparties entre les communes de Villiers Saint-Frédéric, Neauphle le Château et Jouars-Pontchartrain. Notre commune dispose de vingt-neuf places et Cœur d’Yvelines en a cinq.


Les attributions sont gérées par le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de Jouars-Pontchartrain au sein d’une commission paritaire de douze membres comprenant six élus majoritaires et minoritaires et six personnes de la société civile. Depuis plusieurs mandats et afin d’éviter les interventions extérieures et les favoritismes, une grille de critères a été mise en place. Celle-ci attribue des points en fonction de ces critères et permet de classer les dossiers par priorité. Chaque année, il y a entre dix et douze places qui se libèrent, sur les vingt-neuf au total, pour les habitants de notre commune.

Cette année, le CCAS a reçu cinquante-neuf dossiers de demandes complets. Les critères détaillent des informations sur le revenu des familles (critère le plus important selon les barèmes de la CAF) et des informations comme le nombre de parents qui travaillent, si les familles sont monoparentales, s’il y a déjà des fratries en crèche, si les parents sont mineurs ou étudiants, si la grossesse est multiple, si la famille est en liste d’attente depuis l’année précédente ainsi que les cas d’urgence exceptionnels signalés par la PMI ou des situations de handicaps, etc.

Être soignant ou bien appartenir à un corps de sécurité ou d’urgence n’est pas un critère que gère cette liste communale. Parfois, les institutions qui emploient les populations au service des Français ont leurs propres offres de garde.


Les places sont attribuées aux parents qui ont le plus de points et une liste d’attente est constituée, en cas de désistement. La direction de Maison Bleue rencontre les familles retenues et ce n’est qu’après cet entretien que les attributions sont définitives.

La nouvelle Municipalité est consciente de la croissance des demandes (+35 % par rapport à 2020), depuis plusieurs années, et s’est positionnée pour racheter les cinq places de Cœur d’Yvelines pour 2022, à la fin du contrat de service avec Maison Bleue, en décembre 2021.

Il y a également des fuites d’eau récurrentes, dues à la toiture, qui n’ont pas été traitées les années précédentes. Aussi, 400 000 € ont été provisionnés dans le budget 2021 pour refaire le toit cet été.

Le nombre de places offertes aux habitants de Jouars-Pontchartrain chaque année est très limité au sein de cette crèche intercommunale aux caractéristiques très sociales. Le quotient familial est appliqué. Le tarif, dont sont déduites directement les contributions de la CAF et de la commune, fait de ce mode de garde la solution la plus avantageuse financièrement pour les familles modestes.

La commune a cofinancé à 50% la construction de l’équipement et contribue à son fonctionnement. Maison Bleue y assure également des prestations de qualité.

Quelles sont les alternatives possibles ?


Les places en crèche sociale intercommunale sont donc principalement attribuées sur le critère de salaire. Jusqu’à 5 800 € de revenus nets par mois, le maximum de points (dix) peut être engrangé. C’est même au-delà du critère maximum pour un logement social ! Il faut noter que les revenus supérieurs à 5800 € reçoivent tout de même cinq points. En effet, la commission a voulu que les populations, autres que celles strictement sociales, puissent également accéder à cette crèche.

Il existe actuellement des solutions de garde pour tous les revenus à Jouars-Pontchartrain :
  • 500 € environ par mois et par enfant (en fonction du quotient) en crèche sociale intercommunale pour les revenus modestes ;
  • 700 € à 800 € environ selon le nombre d’heures chez une assistante maternelle ou en MAM ;
  • 1000 € en crèche privée desquels il faut déduire la contribution CAF versée trois mois plus tard. Quand l’entreprise n’adhère pas et ne cotise pas à la convention, le coût peut devenir très élevé, 1 500 € ou 1 600 € environ par enfant et par mois.
  • Il ne faut pas oublier que l’emploi, aidé fiscalement, d’un garde d’enfant à domicile peut aussi être une solution, pour les familles à grand nombre d’enfants et revenus conséquents.
  • Il y a également l’option du congé parental pour attendre l’entrée à l’école, obligatoire à 3 ans.

En savoir plus sur les modes de garde à Jouars-Pontchartrain...

Les modes de vie de la société actuelle, avec les deux parents qui travaillent, exercent une pression sur les communes à qui il est demandé de plus en plus de solutions de garde d’enfants. Les constructions sociales supplémentaires, que l’État impose à la commune par la loi SRU, renforcent également cette pression.
Au niveau national, la France compte 437 600 places de crèches, publiques ou privées, pour près de 770 000 naissances par an. Comme les enfants peuvent y rester trois ans, il n’y a que 145 000 places disponibles chaque année. En d’autres termes, seul un enfant sur huit peut être accueilli en crèche en France.

Nous sommes un peu meilleurs, à Jouars-Pontchartrain, avec ces dix à douze places en crèche publique et environ cinq à six en crèches privées, pour environ soixante naissances annuelles, soit un enfant sur quatre.

Construire, entretenir et contribuer aux crèches municipales est très coûteux pour des petites communes (environ 10 000 € par berceau par an). Beaucoup se tournent aujourd’hui vers les communautés de communes ou préfèrent les réseaux d’assistantes maternelles et les MAM plutôt que la construction de nouvelles crèches.

Deux groupes de travail vont être lancés par le CCAS de Jouars-Pontchartrain, à la rentrée, pour retravailler et mettre à jour, avec les contraintes et modes de vie d’aujourd’hui, les listes de critères 2022 pour les attributions des places en crèche et des logements sociaux.


Une option de rachat de cinq places à Cœur d’Yvelines a été formulée pour 2022 et l’équipe sollicite actuellement Maison Bleue et d’autres sociétés privées pour ouvrir une troisième micro-crèche sur la commune.

La Municipalité travaille également à étendre et dynamiser le réseau des assistantes maternelles ainsi qu’à faciliter l’accès pour les habitants aux places disponibles.

Enfin, la commune renforce les activités et capacités d’accueil périscolaire proposées. Elles sont de qualité et permettent, par l’étendue des horaires, de répondre à la plus grande partie des contraintes professionnelles des parents.